Cadre d'intervention

L’ancrage conceptuel des interventions du CLRP repose sur :

 

 

L’AUTODÉTERMINATION

Ce concept se réfère au fait que  tout un chacun a besoin de se sentir à l'origine de son comportement, (Ryan & Deci, 2002). 

Les situations professionnelles, personnelles, sociales, environnementales nous amènent à devoir nous positionner et de devoir exprimer implicitement ou non, des choix. Choix qui pourront être établis en fonction de critères pertinents collectés et d’informations qui peuvent être partielles ou complètes. 

 

 

L’EMPOWERMENT

Ce concept met en exergue, à la fois l'autodétermination individuelle et la mobilisation des ressources de l'environnement.

Il fait à la fois référence à une prise de pouvoir personnelle et à une action sur l’environnement (Le Bossé, 2003). 

 

 

L’INCLUSION

Le concept d’inclusion vient du monde anglo-saxon, il est lié aux mouvements des droits humains concernant les personnes porteuses de handicaps.

Ces mouvements ont vu le jour et se sont développés dans les années 1960-1970. Ils ont trouvé des échos, notamment auprès de l’ONU dans plusieurs déclarations entre 1983 et 1992.

Le concept d’inclusion met en lumière la place de « plein droit » de toutes les personnes dans la société, quelles que soient leurs caractéristiques. L’inclusion ouvre le droit à la singularité, à la différence, ne tolérant pas d’exclusion à la participation sociale sur le prétexte de cette différence. Là où l’intégration n’interrogeait pas la norme établie, l’inclusion fait varier la norme pour y inclure toutes les singularités.

Le modèle conceptuel qui rend le mieux compte des conditions d’une société inclusive est celui qui a été élaboré par Patrick Fougeyrollas, évoqué ci-dessous. 

 

 

 

L’EMPLOYABILITÉ

Cela renvoie à l’ensemble des capacités et des dispositions personnelles qui permettent aux individus d’entrer dans une relation à l’emploi, de s’investir avec succès dans un processus de travail et de se maintenir à l’emploi grâce à une adaptation constante de leur force de travail. 

L’employabilité exprime la capacité et la disposition à maitriser différentes phases de son parcours professionnel et d’adapter en conséquence et en permanence l’ensemble de ses compétences et sa force de travail aux exigences du marché.

 

 

L’ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

L’accessibilité universelle repose sur l’idée que toutes les personnes sans distinction d'âge, de genre, de capacité ou d'origine culturelle, puissent avoir les mêmes opportunités de comprendre, d'accéder et de participer pleinement aux activités économiques, sociales, culturelles et de loisirs, de manière la plus indépendante possible" (Design for all Foundation). Ce concept est donc lié à la notion de conception universelle c’est-à-dire de « conception de produits, équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans toute la mesure possible, sans nécessiter ni adaptation ni conception spéciale" (Article 2 de la convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées).

Notre volonté est de nous inscrire, tant que faire se peut, dans une démarche d’accessibilité universelle, c'est à dire de faire en sorte que tous les espaces, tous les contenus, toutes les ressources, tous les documents soient accessibles au plus grand nombre. 

 

 

LE MODÈLE MDH-PPH

Le Modèle de développement humain – Processus de production du handicap (MDH-PPH) est un modèle conceptuel qui vise à expliquer les causes et conséquences des maladies, traumatismes et autres atteintes à l’intégrité ou au développement de la personne. Le modèle s’applique à l’ensemble des personnes ayant des incapacités, peu importe la cause, la nature et la sévérité de leurs déficiences et incapacités.

Le MDH-PPH montre que la réalisation des habitudes de vie peut être influencée par le renforcement des capacités ou la compensation des incapacités par la réadaptation et des aides techniques, mais également par la réduction des obstacles dans l’environnement.

Ainsi, mesurer la réalisation des habitudes de vie, c’est identifier un indicateur de la qualité de la participation sociale : il s’apprécie sur un continuum ou échelle allant de la situation de participation sociale optimale jusqu’à la situation de handicap complète.

 

Le MDH-PPH est un modèle qui ne place pas la responsabilité du handicap sur la personne. Le modèle est en lien avec l’outil ESAP (Evaluation systémiques des aptitudes professionnelles).

 

Une action de sensibilisation à destination de 16 professionnels a été mise en place sur l’année 2019.

 

Une formation au modèle anthropologique de développement Humain/processus de production de handicap a été proposée à un ensemble de collaborateurs volontaires. Les professionnels ainsi certifiés sont désormais en capacité de sensibiliser et former d’autres professionnels et de créer des outils en rapport au MDH- PPH. Le modèle est actuellement en cours de déploiement. Les évolutions induites peuvent s’étaler sur plusieurs années (transformation importante).

 

Accès simple - texte simplifié